lundi 1 septembre 2014

Celle qui tentait de se remettre au sport

Ah... le sport... vaste sujet ! Entre ceux qui ne peuvent pas se passer de leur séance de sport et ceux qui fuient le sport comme la peste, on dira que c'est un sujet qui ne laisse pas indifférent. Les bienfaits du sport sont évidents, et personne ne dira le contraire, en revanche quand il s'agit de s'y coller c'est autre chose... "Chante, chante, danse et mets tes baskets ; chouette c'est sympa tu verras"... Mouais... reste à voir si c'est aussi sympa que ça !

Je viens d'une famille de sportifs. Mon père est un drogué du sport. Toute sa vie, il a fait du sport et à un niveau plus élevé que celui du sportif du dimanche. Plus jeune, il a fait du vélo à un niveau amateur assez élevé. Aujourd'hui, il continue à faire énormément de sport, et il aime accomplir ce que j'appelle des "trucs de malades" (genre Raid du Golfe du Morbihan où tu parcours 177 kms avec tes petits pieds) où il met souvent les petits jeunes dans le vent. Bref, il a plus du double de mon âge, et, je me suis rendue à l'évidence, mon père est en meilleure forme physique que moi. Quant à ma mère, elle n'est pas en reste non plus. Alors, comment se fait-il que, ayant grandi dans une telle famille, j'aurais plus tendance à fuir le sport comme la peste ?

Je n'ai jamais été une grande sportive, mais je dois avouer que, durant mes jeunes années, j'ai pratiqué le volley à un niveau loin d'être dégueulasse (et oui, malgré les apparences, c'est une vice-championne de son département qui t'écrit... rien que ça ^^). Bon, soyons clairs, j'ai arrêté la compétition il y a presque quinze ans et je n'ai pas dû toucher un ballon depuis dix ans... autrement dit mon niveau actuel est certainement effroyable. Ça reste le seul sport que j'ai pratiqué à un bon niveau, sans doute parce que c'est le seul sport que j'aime... donc, une fois les genouillères remisées au placard, j'ai évolué dans un monde où le sport était totalement absent... enfin pas tout à fait...

Tu te souviens de ce que j'ai dit plus haut ? Mon père est un grand sportif, alors forcément, il essaye de me pousser à faire des trucs. Au cours des dix dernières années, j'ai donc repris le sport plusieurs fois avec plus ou moins de succès. Finalement, c'est un peu comme ces gens qui écrasent leur cigarette au fond d'un cendrier en se disant que c'est la dernière, puis se rendent direct au bureau de tabac le plus proche. J'ai repris le sport plusieurs fois avant d'arrêter aussi sec juste après.

Pourtant, je sais bien que ça ne peut me faire que du bien. Dans nos sociétés actuelles où le stress est devenu le mal absolu, se défouler un peu ne peut pas faire de mal. Je suis aussi convaincue que le sport est le meilleur anti-dépresseur et le meilleur anxiolytique du monde. Si nous ne voulons pas nous retrouver à nous gaver de Prozac et de Lexomil, nous devrions aller de ce pas acheter une paire de baskets. Mais, malgré tout ça, je suis souvent prise d'une crise de flemmingite aiguë dès qu'il s'agit de pratiquer la moindre activité physique. Oui, le sport c'est fatiguant, ça fait mal et ça fait transpirer... Je suis tellement mieux vautrée dans mon canap' un bon bouquin dans les mains, non ?

Après avoir bouleversé totalement mon alimentation (surtout parce que je suis profondément écœurée des pratiques de l'industrie agro-alimentaire... va lire les étiquettes des produits de tes placards et tu verras où je veux en venir), la question du sport s'est posée naturellement, parce que quand tu manges plus sainement, tu te retrouves dans une dynamique positive qui te donne envie de faire des choses bonnes pour toi... et le sport en fait partie... oui, oui...

Je suis donc arrivée à cette conclusion... conclusion hyper étonnante venant de ma part : il faut que je reprenne le sport... et pas parce que c'est bien de faire du sport mais parce que j'en ai envie. Oui, moi, la sportive du dimanche, j'ai envie de faire du sport (inutile de préciser qu'au moment où je lui ai sorti ça, mon père est tombé de sa chaise...). Pour la douze millième fois de ma vie, je me suis donc remise au sport, mais cette fois je l'ai fait pour les bonnes raisons. Je ne le fais pas pour faire plaisir à mon père, je ne le fais pas parce que c'est bien de faire du sport... je le fais pour moi, parce que j'en ai envie, et ça change tout !

Bon, on évite de fanfaronner quand même... En général, quand je reprends le sport, ça dure trois mois avant de retomber comme un soufflé raté. Donc, on ne s'emballe pas, même si, cette fois, j'ai l'impression que c'est la bonne ! Et puis, contrairement aux autres fois où je reprenais en catimini, cette fois,  je le crie sur les toits... parce que comme ça, si je ne m'y tiens pas, je vais juste passer pour une conne, et comme je n'ai pas envie de passer pour une conne... 

Depuis donc depuis un mois (oui, c'est hyper récent... mais un mois c'est déjà bien, et pour une fois j'ai choisi de voir le verre à moitié plein), je fréquente relativement assidument la salle de sport. Bon, on ne va pas se mentir, c'est loin d'être une partie de plaisir. Certes, après une bonne séance de sport, je me sens mieux et je suis contente de moi (hyper valorisant pour l'estime de soi) et quand je ne peux pas y aller, ça me manque, mais pour autant, durant la séance même c'est l'enfer... J'essaye de penser au bien-être que je vais en retirer pour tenir le choc.

J'espère vraiment que cette reprise du sport est la bonne, et que ça va tenir dans la durée... Le fait d'en avoir parlé ici va aussi certainement me pousser à persévérer histoire de ne pas passer pour une buse... Je finirai juste en disant que l'on ne nait pas sportif (sinon, vu mes antécédents familiaux je ne serais pas en train de te saouler avec raconter tout ça), mais on le devient !


******

En bonus, la minute "mets tes baskets" 
(ne me remercie pas, c'est cadeau ^^)

2 commentaires:

  1. J'ai repris de façon assez intensive le sport il y a plus d'un an...et quel bonheur ! J'ai fait bcp de danse jusqu'à mes 13/14 ans puis de façon très ponctuelle...pour finir à la limite du néant vers mes 20 ans.

    Quand j'ai décidé de me reprendre en main alimentairement parlant, le sport s'est naturellement imposé pour perdre du poids et me sentir bien dans mon corps et dans ma tête. Les résultats ne sont apparus qu'au bout de 6 mois, il ne fallait pas se décourager ^^ En revanche, je ne fais que des choses que j'aime c'est peut etre pour ça que je tiens :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout sport m'emmerde plus ou moins... sauf le volley (mais c'est dur à pratiquer quand tu bosses), donc je fais avec ^^
      Je suis un peu dans la même démarche que toi, dans le sens où j'ai repris mon alimentation en main et, partant de là, faire du sport devient une évidence !

      Supprimer

Écris un petit mot doux... ou pas... mais écris un truc !

Rendez-vous sur Hellocoton !
popstrap.com