lundi 2 février 2015

Des cosmétiques & des lois : business is business

Aujourd'hui, j'avais envie de partager avec toi une réflexion assez personnelle. Ces derniers temps, rapport à mon changement d'alimentation, j'ai pas mal trainé du côté des blogs végétariens, sans compter que j'avais déjà navigué du côté des adeptes du bio. Je suis parfois atterrée par ce que je peux lire, sans doute à cause de mon côté très terre-à-terre qui reprend facilement le dessus. 

Tu le sais sans doute, mais, hors de ces pages, dans la vie de tous les jours, j'exerce le joyeux métier de juriste. Plus précisément, je pratique au quotidien ce qu'on appelle le droit des affaires Aka la branche du droit qui s'intéresse à la vie des entreprises. Mon côté souvent terre-à-terre vient certainement de là. Je ne te cache pas qu'exercer ce beau métier nécessité d'être pragmatique, il n'y a pas vraiment de place pour l'utopie. On cherche à mettre en place des solutions efficaces qui fonctionnent dans un contexte économique qui est ce qu'il est. On ne cherche certainement pas à refaire le monde. Le rapport avec les blogs que j'ai pu lire ? J'y viens. 



En parcourant ces blogs, je suis parfois tombée sur des articles faisant l'apologie des marques labellisée "bio" ou "cruelty free" et jetant des cailloux aux autres. Sans compter qu'on t'apprend à distinguer selon l'appartenance ou non de la marque à un groupe "éthique" (groupe éthique = bien / groupe pas éthique = pas bien). C'est bien joli mais ça reste, à mon sens, un peu simpliste comme vision. Si, moi aussi, j'aime mettre en avant ces aspects, je ne vais pas pour autant jeter des cailloux aux autres. Rien n'est tout blanc, rien n'est tout noir. De nos jours, dans un contexte économique mondial, une marque aura du mal à subsister seule. La concurrence est rude, comme dans tous les secteurs. Voilà pourquoi, il est nécessaire pour les entreprises de s'allier. On obtient ainsi des groupes de sociétés détenant plusieurs marques. 

En matière de cosmétiques, ces groupes vont détenir des marques présentes sur les différents marchés : luxe, bio, "cruely-free", parapharmacie, grande distribution. Tout ça, de façon à toucher toutes les catégories de population selon leurs revenus ou leurs convictions. L'exemple le plus frappant reste bien évidemment L'Oréal, un groupe présent sur différents secteurs : luxe avec Lancôme, parapharmacie avec La Roche Posay, "cruelty-free" avec The Body Shop, bio avec Sanoflore, grande distribution avec L'Oréal... et ainsi de suite. Cette diversification a fait du groupe L'Oréal l'un des leaders du marché de la cosmétique et un fleuron de l'économie française.

En apprenant ça, certains s'offusquent. Un groupe comme L'Oréal n'en a rien à faire du bio ou des animaux, tout ce qu'il veut c'est gagner un maximum d'argent, alors pourquoi il a racheté des marques comme Sanoflore et The Body Shop... et là, la réponse de génie fuse : tout ça, ça n'est que du marketing ! Mais, ma bonne dame, ça n'est pas nouveau. Bien évidemment, tous ces labels sont mis en avant comme on met en avant les propriétés d'un produit pour en vendre un maximum, donc oui, c'est du marketing. Parce que, ne nous mentons pas, le but de toute entreprise c'est de faire du profit. On ne monte pas sa boîte pour jouer les Mères Thérésa. C'est comme ça... inutile de vouloir refaire le monde.

Certains mettent en avant le fait de faire du profit de façon éthique... Mouais... ça reste à voir, c'est un peu comme croire aux licornes, non ? Je côtoie des chefs d'entreprise tous les jours, et il n'y a rien d'éthique dans le profit. Chacun pour soi... si tu ne bouffes pas les autres, ce sont les autres qui te boufferont... c'est comme ça... c'est la dure loi du marché. On ne peut pas espérer réussir en montant sa boîte si on joue les Bisounours. Et puis, arrêtons aussi de jeter des cailloux à ceux qui veulent faire du profit, comme si vouloir gagner de l'argent était une tare. Je ne pense pas qu'on taperait autant sur L'Oréal si ce groupe ne drainait pas autant d'argent (mais je te rassure, moi aussi je tape dessus... et plutôt joyeusement ^^).

Certes, un groupe comme L'Oréal a une politique parfois douteuse, mais quand on cherche ailleurs, on se rend compte que l'herbe n'y est pas nécessairement plus verte. Tu vas boycotter une marque parce qu'elle appartient à tel groupe au profit d'une autre marque qui n'appartiendra pas forcément à un groupe plus éthique que celui que tu boycottes. 

Mais je ne juge personne. Il m'arrive aussi de boycotter certaines marques, je ne me trouve pas spécialement futée en le faisant. Je n'ai pas mis les pieds chez The Body Shop depuis des années, car j'ai l'impression qu'ils nous prennent pour des jambons. C'est certainement le cas, mais le boycott est-il vraiment une bonne solution ? Au final je ne sais pas, une partie de moi trouve ça ridicule mais l'autre lui rappelle qu'il n'est pas question de leur donner ne serait-ce qu'un centime.

Bref, tout ça pour dire qu'il ne faut éviter de tomber dans une vision manichéenne du monde. Et surtout, ça ne sert à rien de cracher sur les marques que tu ne juges pas éthiques... ou pire, comme je l'ai parfois vu, sur les gens qui achètent ces marques. C'est bien beau de vouloir changer le monde, mais ça ne sert à rien d'être agressif ! ;-)


PS : J'ai l'impression que ce billet c'est le gros bordel, non ?

12 commentaires:

  1. Très bonne analyse ! C'est compliqué de "bien" consommer !

    RépondreSupprimer
  2. coucou

    enfin un article bien rédigé et pensé....le domaine des cosmétiques et des grands groupes, avec des muliti marques naturelles, ou bio, ou traditionnelles,un vaste débat.....pour que vive une marque bio /naturelle,, c'est bien, tendance, mais pour qu'elle soit pérenne, les petites marques font des choix statégiques , qui ne plaisent pas forcément mais c'est le seul moyen de les faire durer dans le temps...et de faire en sorte que les emplois soient conservés...rien ne me choque dans un grand groupe et qu'il se diversifie en marques comme l'oréal, mais certaines ne réfléchissent pas ...
    je suis dans le milieu de la cosmétique depusi 20 ans avec une boite que j'ai crée dans la thallassothérapie , et nous aussi on aimerait des produits bios.....mais impossible quelquefois avec un cahier des charges , mais on essaie....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu as parfaitement saisi ce que je voulais dire ! J'avais un peu peur d'être mal comprise car je trouve ce billet un peu bordélique ^^

      Supprimer
  3. Du moment qu'il y a du choix pour tout le monde!
    et puis, parfois ça me fait sourire quand on ne peut supporter une crème non bio mais qu'on achète sans souci des marques de vêtements ou des boucles d'oreilles à un prix de revient dérisoire. Oui, tout à un prix...à nous de choisir, selon ses envies...et ses possibilités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bien sûr, il en faut pour tous les goûts !

      Supprimer
  4. Il est très bien ce billet !
    Bio, pas bio, chacun fait bien ce qu'il veut ! Je suis pour ma part, tu le sais, une grande adepte du bio sauf que pour mes cheveux, c'est la cata, comme je l'ai écris ce matin sur mon blog. Tu peux aller voir, tu devrais sourire ;)
    Je résiste encore mais pour combien de temps ?

    Je te suis aussi lorsque tu dis que tout n'est que marketing mais beaucoup moins sur ton côté pragmatique ... c'est sûrement parce que je deviens de plus en plus rêveuse que je ne veux plus être juriste :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, c'est gentil. J'aime tellement ta plume que je suis toujours touchée lorsque tu me fais des compliments ! <3

      Je comprends que tu n'adhères à mon pragmatisme... il faut dire que je suis quand même bien terre à terre ^^

      Et bien sûr, je ne manquerai pas d'aller lire ton billet ! ;-)

      Supprimer
  5. Alors si je comprends bien tu n'est pas contre ceux qui veulent utiliser que de la cosmétique ethique mais plutôt contre leur façon de s'exprimer? Parce qu'au moment où on soutient une cause, en occurence la cause animale, on a droit de boycotter ou pas, en restant bien sûr tolérant vis-à-vis le choix libre. N'est ce pas? Aussi, je suis d'accord que la cosmétique éthique va au delà des stratégies marketing ayant pour but tout simplement de greenwash une marque. Par contre, c'est le but des certificats comme Eco Cert, Go creulty free et Vegan, l'idée est de garantir l'origine des produits mais assi la façon de les produire. Alors pour moi oui, on peut faire confiance aux certificats mais pas aux labels. Une derière chose: n'oublions pas que les certficats sont obtenus par produit et pas par la marque! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'a jamais été question ici de la question du "droit de boycotter ou non"... Chacun fait bien ce qu'il veut. Dans ce billet, je ne pense pas avoir porté un quelconque jugement sur les pratiques des uns et des autres (je dis simplement que MOI je ME trouve bête quand je boycotte). En revanche, si chacun fait bien ce qu'il veut, il est nécessaire de laisser les autres faire aussi ce qu'ils veulent.

      Si jamais tu trouves vraiment un marque de cosmétique éthique qui va au-delà des stratégies marketing, fais moi signe... parce que ça doit être très très rare. Quand on propose un produit sur le marché, c'est pour le vendre... donc ça me parait utopiste de penser que des produits peuvent échapper au marketing.

      Quant aux labels ou certificats, je ne mets pas du tout en cause leur viabilité ici. Je n'ai jamais dit qu'on ne pouvait pas leur faire confiance. Je dis simplement que labels (et certificats aussi), sont mis en avant pour vendre un produit à un public visé.

      Supprimer
  6. Je suis tout à fait d'accord avec ton article.
    Je me tourne de plus en plus vers le bio/naturel, j'utilise le présent car j'ai encore plein de makeup des marques conventionnelles, que je ne présente pas sur mon blog mais que je porte toujours au quotidien.
    J'ai justement pensé à ça il n'y a pas longtemps, "ces groupes"qui veulent répondre à toutes les demandes et finalement je ne vois pas où est le mal, une marque vraiment éthique c'est rare.
    Je n'aime pas le ton moralisateur que certaines blogueuses ont (y compris ma soeur eh eh, j'espère qu'elle ne lira jamais ça) avant d'être des bioty addict on été à fond dans les Clarins, Clinique et Co, je vois pas pourquoi je vais faire l'hypocrite maintenant et cracher sur ces marques que j'affectionnais auparavant. Je ne vais plus les acheter et c'est tout ça me va, fin de l'histoire :)
    Au fait pourquoi tu n'aimes TBS^^?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que TBS en fait vraiment des caisses avec son absence de test sur les animaux... un peu d'humilité ne leur ferait pas de mal ^^ Et puis, toutes les odeurs m’écœurent !

      Supprimer

Écris un petit mot doux... ou pas... mais écris un truc !

Rendez-vous sur Hellocoton !
popstrap.com