jeudi 24 septembre 2015

Le déodorant Schmidt's, ce flop devenu top

Je crois que je n'ai jamais dû te parler de déodorant sur ce blog, ou peut-être une fois ou deux à l'occasion. Pourtant, être fraiche et pimpante de l'aisselle est sans nul doute l'une de mes préoccupations premières. Je te l'accorde, ces questions ne sont pas des plus glamour, mais elles restent essentielles, enfin à mon humble avis et à celui des gens qui nous entourent. Pour autant, on ne parle pas souvent de déodorant alors que c'est un sujet vaste et qu'il y a énormément de choses à dire sur le sujet. 

Pendant longtemps, je n'ai regardé que de très loin la composition de mes déodorants, ça ne m'intéressait pas tellement, ce qui comptait c'était l'efficacité. On ne va pas se mentir, être moite et sentir le poney à 10h, ça n'a rien de très agréable. Je continuais donc tranquillement ma route sans me poser trop de questions. Et puis, on a commencé à parler énormément des sels d'aluminium et de leur potentiel danger pour la santé. Petit à petit, je me suis dit qu'il fallait peut-être que je les évite, parce que ça serait con de chopper un cancer du sein à cause d'un déodorant (même si a priori, le lien de causalité entre sels d’aluminium et cancer du sein a été mis à mal, il serait néanmoins déconseillé de les appliquer sur une peau rasée, dixit l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).


Oui, mais voilà, tous ces tests se sont soldés par la même issue : un échec cuisant. Non seulement, je sentais l'humidité sous mes aisselles (oui, ce billet est ultra glamour... je suis désolée pour les éventuels membres de la gente masculine qui passeraient par là... les filles ça transpire, pardon de ruiner l'image de princesse que vous vous faisiez de nous) mais j'avais aussi l'impression de ne pas sentir la rose, alors que pourtant je n'avais pas couru de marathon mais étais restée sagement assise à mon bureau. Bref, tout ça pour dire que je suis vite repassée aux déodorants conventionnels bourrés de sels d'aluminium.

Et puis, les déodorants naturels sont arrivés et tout le monde nous a vanté les mérites du fameux Soapwalla. Clairement, sur le papier, ça avait l'air cool, ça avait l'air d'être la solution au problème. Pour autant, j'étais un peu réticente à franchir le cap. Je n'avais pas envie de me retrouver avec un énième déodorant qui pourrirait dans mes placards faute d'efficacité. J'ai donc évité pour une fois de me comporter en mouton et je ne me suis pas ruée sur le premier site de vente en ligne pour acquérir le truc dont tout le monde parlait.


J'ai attendu et puis un jour j'ai entendu parler du déodorant Schmidt's qui avait l'air globalement similaire au premier. Il avait l'avantage d'être moins cher que le premier et il était surtout disponible sur l'e-shop de Birchbox, e-shop sur lequel j'avais quelques points à utiliser. J'ai donc fini par le commander puisque je me suis dit que si c'était un flop, ça n'était pas très grave car il ne me coutait pas grand chose. Et j'ai bien fait, car ça a été un flop monumental. Je ne lui trouvais aucune efficacité : l'humidité était toujours présente et j'avais l'impression de puer encore plus. Bref, j'ai rangé le bazar dans le premier placard venu et j'ai lâché l'affaire.

Mais, cet été, j'ai décidé de retenter le truc, parce que, oui, même si je ne verse pas dans la psychose, me tartiner les aisselles avec des sels d'aluminium ça ne m'enchante pas tant que ça. Alors là, je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais j'ai trouvé ce produit extrêmement efficace. Non seulement, je ne me sentais pas moite de l'aisselle mais en plus je ne sentais pas le poney. Je l'ai essayé en plein mois d'août et c'était efficace. Je n'ai pas d'explication à ce revirement, et je ne cache pas que je trouve ça super bizarre. Si quelqu'un a une explication à ce curieux phénomène, je veux bien qu'on cause deux minutes.

Depuis, c'est l'amour fou. Je l'utilise tous les jours et je ne me vois pas revenir à mes anciens déodorants. L'application est un peu déconcertante au début puisqu'il s'agit de se tartiner les aisselles avec une sorte de crème... pas vraiment le genre de choses dont on a l'habitude. C'est donc un geste beauté auquel il faut s'habituer ! Par contre, s'il te prend l'envie de te raser les aisselles, je te déconseille une application immédiate après rasage sous peine d'hurler à la mort de ressentir quelques picotements désagrables.

La texture est un peu particulière, elle est un peu poudreuse et a une fâcheuse tendance à s’émietter. Pour éviter d'en coller partout dans la salle de bain, il suffit de prélever un peu de produit avec la spatule fournie, de le déposer au creux de sa main et de le frotter entre ses mains pour que ça se transforme en une sorte de baume bien plus facile à appliquer.

En revanche, je te conseille de ne pas étaler ton déodorant comme on étale une crème, mais plutôt de le tapoter délicatement. En effet, ce produit est blindé de bicarbonate de soude (et c'est grâce à lui que tu ne sentiras pas le fauve), et le frottement des petits grains sur la peau peut fortement l'irriter. Alors, on privilégie la délicatesse en ne frottant pas mais en tapotant, bref, un peu de délicatesse dans ce monde de brutes. 


Tu constateras vite qu'il existe plusieurs parfums. J'ai opté pour la version citron - bergamote que j'adore littéralement. L'odeur est fraiche et extrêmement agréable. Il existe également une version sans parfum idéale pour celles qui ne supportent pas les huiles essentielles, parce que, oui, après le bicarbonate de soude, on trouve des huiles essentielles, ce qui ne rend pas le produit utilisable par tout le monde. Je ne suis pas spécialement sensible aux huiles essentielles, mais je dois avouer que, au bout d'un moment, ma peau est un peu irritée. Arrivant presque à la fin du pot, je me suis empressée de racheter le même et j'ai ajouté dans mon panier la version sans parfum, histoire d'alterner les deux pour éviter tout risque d'irritations !

Tu l'auras compris, je suis enchantée par ce produit, même si au départ ça n'était pas gagné. Je crois enfin avoir trouvé le déodorant à la composition raisonnable qui me convient. En plus, un petit lapin nous indique que ce produit est labellisé "cruelty-free", ce qui ne gâche rien. Je suis ravie de ma découverte, mais je ne te cache pas que j'ai parfois peur que l'histoire d'amour ne tourne au vinaigre. Ce produit est passé de manière inexpliquée de la catégorie "flops" à la catégorie "tops" et je me dit qu'il pourrait tout aussi bien faire le chemin en sens inverse... affaire à suivre...

A shopper ici


Connais-tu ce produit ? Fais-tu attention à la composition des déodorants que tu achètes ? Dis-moi tout ;-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Écris un petit mot doux... ou pas... mais écris un truc !

Rendez-vous sur Hellocoton !
popstrap.com